Jabber journal 25

De Wiki JabberFR
Aller à : navigation, rechercher

Vous trouverez ci-dessous une traduction française du Jabber Journal numéro 25 publié le 19 décembre 2005 par Peter Saint Andre. La version originale en anglais peut être trouvée sur le site de la Jabber Software Foundation.


Jingle bells, Jingle bells, Jingle all the way!

Comme annoncé la semaine dernière, la Jabber Software Fondation (JSF) a travaillé avec l'équipe de Google Talk et d'autres leaders de l'industrie pour définir une technologie pour diffuser la voix par-dessus Jabber, appelée Jingle. Jingle fournit une base solide pour ajouter des fonctionnalités temps réel dans les clients Jabber/XMPP, travail rendu plus facile par la sortie par Google de libjingle (une bibliothèque libre pour le développement en Jingle, sous license de type BSD, la rendant ainsi appropriée pour les développements libres ainsi que commerciaux). Au cours des prochains mois nous allons travailler à affiner Jingle et définir de nouveaux types de sessions (comme la vidéo, les jeux en ligne, et le partage de fichiers). Plusieurs projets libres et plusieurs fournisseurs commerciaux ont déjà annoncé soutenir Jingle, donc des fonctionnalités basées dessus devraient apparaître dans différents clients Jabber/XMPP au début de l'année prochaine. (D'ailleurs Google est aussi devenu un sponsor financier de la JSF, ce qui va nous aider à fournir de nouveaux services en 2006.)


Google n'est pas la seule organisation qui deploie des services basés sur Jabber. Par exemple, on vient d'apprendre aujourd'hui que la radio française Skyrock a sorti SkyMessenger, qui est la messagerie instantanée (IM) complémentaire à Skyblog. Les serveurs MXit et jabber.nu fournissent des services d'IM très populaires pour les utilisateurs de téléphones mobiles à travers le monde. Le service d'IM web meebo inclut la messagerie Jabber. Le projet Gizmo, produit par SIPphone, utilise jabber pour ses fonctionnalités d'IM. Et ce ne sont que les plus visibles des fournisseurs de services au public — bien entendu, beaucoup d'organisations continuent de déployer des serveurs Jabber internes, depuis les institutions académiques telles que l'Université de Duke jusqu'aux grandes communautés open-source comme KDE en passant par la plupart des banques d'investissement de Wall Street ou une grande proportion d'établissements militaires des États-Unis. Cependant, bien que tous ces déploiements ne se connectent pas au réseau IM Jabber, qui grandit depuis 1999, celui-ci continue également de se renforcer au travers des efforts de la XMPP Federation. En fait, nous pensons que la réalisation d'une fédération complète entre tous les systèmes d'IM n'est plus qu'une question de temps (plus d'infos la prochaine fois).


Une partie de ce qui rend les technologies Jabber/XMPP attirantes pour tant d'organisations est la sécurité et l'intelligence de leurs fondations techniques. Cependant, quelques chercheurs nous préviennent de l'arrivée destructive de vers et de spams IM (souvent appelés "SPIM"), bien que nous n'ayons pas encore vu de telles menaces sur le réseau Jabber/XMPP. Pourquoi cela ? Peut-être parce que les serveurs Jabber se doivent de vérifier tous les messages qu'ils envoient aux autres serveurs, et que les requêtes DNS inversées empêchent l'usurpation d'adresse. Peut-être aussi parce que les technologies Jabber/XMPP sont purement en XML, ce qui ne facilite pas la tâche des virus et vers. Une troisième raison est que l'écosystème des clients Jabber est vraiment diversifié. Contrairement aux services IM grand-public tels que AOL, MSN, et Yahoo ou bien les packs IM d'entreprises monolithiques tels que Live Communication Server de Microsoft et Lotus Sametime d'IBM, Jabber a une conception ouverte. Par conséquent, il existe un large éventail de clients Jabber, écrits dans de nombreux langages différents pour de nombreuses plateformes informatiques. Il y a des clients dédiés aux appareils mobiles tels que SmartJab pour Smartphones Microsoft et Chatopus pour PalmOS. Il y a des clients multiplateforme comme Gaim, Psi, Gajim, et Spark. Il y a des clients monoplateforme comme Exodus et Pandion pour Windows, Gossip et Kopete pour Linux, Adium et iChat pour MacOS, et même Jabberwocky pour Amiga (une nouvelle version est sortie hier) ! Comment un auteur de virus peut-il s'en sortir pour choisir sa cible ? Nous avons rendu la vie dure aux spammeurs et autres agressifs. Ce n'est vraiment pas sympa de notre part, n'est-ce pas ? :-)


Et ce n'est pas seulement l'écosystème des clients Jabber qui est varié : serveurs, composants et bibliothèques de développement le sont tout autant. Outre les serveurs commerciaux de Sun Microsystems, Jabber Inc., Coversant, et Antepo, j'ai compté au moins quatre projets de serveurs XMPP majeurs en développement actif : Wildfire, jabberd 1.4, jabberd 2, et ejabberd (qui vient juste de célébrer sa première version entièrement conforme XMPP). Le nouveau projet palaver apporte un composant open-source de discussion en groupe qui entre en compétition avec le vénérable composant mu-conference. De même, des bibliothèques de développement XMPP existent pour tous les langages populaires, et même pour des langages moins populaires tels que Common Lisp.


Les développeurs apprécient le fait que XMPP soit une technologie basée sur XML, avant d'être destinée à l'IM. C'est pourquoi nous continuons à voir apparaître une variété d'applications utilisant les protocoles Jabber/XMPP. On peut citer par exemple le framework Eclipse Communication, la plateforme de partage de contenu WiredReach (construite avec JXTA et XMPP), la grille d'interactions de groupe à groupe Access Grid, la plateforme eBox pour la gestion de réseau professionnels, et même des méthodes de transport de requêtes formatées avec le langage RDF SPARQL. Enfin, un peu d'humour geek ne fait pas de mal. ;-)


Du fait de tout ce qui se passe dans notre communauté, 2006 sera vraisemblablement l'année la plus importante pour les technologies Jabber/XMPP. Mais nous en reparlerons dans le prochain Jabber Journal. D'ici là, en avant Jabber !


--stpeter


Consulter d'autres Jabber Journal.